lundi 19 novembre 2018

E-COURS les BASES de la gyn-écologie-holistique

wild women et wild men !
Je vous annonce une très bonne nouvelle !
naissance du premier E-COURS de gyn-écologie holistique
© :
« les bases de la gyn-écologie holistique »
sur le site Rites de Femmes
Pourquoi ?
Cela fait des années que ce sujet brûle en moi. J’ai toujours été abasourdie par l’évidence qu’un fossé nous sépare de notre corps féminin.
Alors après chaque stage, après chaque conférence, à travers les questions des lectrices (et des lecteurs), en accompagnant des bouts de chemins de vie de femmes…  je me suis posé et reposé ces questions : qu’est-ce qui nous manque, comme bases, pour que nous nous sentions vraiment chez nous dans nos organes féminins ? Pour ne plus nous sentir si impuissante à comprendre ce qui s’y passe ? Pour ne plus être si facilement influencée par l’avis du médecin, du gynéco, de l’obstétricien ? Pour grandir, mûrir, vieillir dans une entente sereine et complice avec notre sexe, avec notre matrice, avec notre ventre ?
 Il y a là un vide de transmission qui nous rend étrangères à ces espaces charnels pourtant si intimes. Et dans ce vide c’est engouffrée la technologie médicale !
(mieux comprendre les racines de cette situation dans mon article nos racines de Sorcières)
Je tiens à préciser que je n’ai rien contre la médecine. Simplement la technologie médicale n’a pas à prendre toute la place dans la relation de la femme à son sexe, à son utérus, à son corps !
C’est pourtant bien ce qui se passe, et la cause est qu’il manque un chaînon. Ce chaînon c’est : connaître les bases de notre physiologie féminine,  affûter notre bon-sens  et  récupérer notre entière légitimité et capacité à prendre notre corps en main.
Ce qui veut aussi dire être capable de solliciter l’aide de la médecine quand c’est nécessaire, tout en restant souveraine de notre corps, de notre sexualité et de nos choix !

Je suis un maillon de la chaîne
Vous le sentez peut-être en me lisant, je me situe dans la droite file du mouvement SELF-HELP.
Un mot sur ce mouvement si vous ne le connaissez pas : il est né aux Etats-Unis entre les années 70 et 80. Self-help signifie auto-soin. Ce sont des femmes qui se sont regroupées pour découvrir et apprendre ensemble le fonctionnement de leur corps. A travers ces rencontres elles délivrent aussi la parole autour des thèmes chargés de tabous ou de déni qui touchent aux expériences propres au sexe féminin, comme l’avortement, l’accouchement, les règles, et plus largement, elles identifient comment les  valeurs patriarcales agissent dans la médecine, au travail, dans l’empire publicitaire et la société en générale pour formater un monde qui maintient la femme en situation d’aliénation.
Ensemble les femmes apprennent à reconnaître leurs expériences et leurs compétences à ressentir, comprendre et s’occuper d’elles, de leur bien-être global qui inclus la santé, l’autonomie, l’auto-gestion de leur sexualité. Et, par exemple, dans les groupes Self-Help les femmes pratiquent l’auto-observation de leur vulve et du col de l’utérus, en apprenant à utiliser un spéculum et une lampe de poche !
Ici en Europe, Rina Nissim est une grande figure de ce mouvement.

En chemin vers nos fondements
Pendant des années j’ai donc trié les connaissances que je transmets dans mes différents thèmes de stage depuis vingt ans. Je les ai évaluée une à une, et peu à peu s’est dessiné la trame d’un cours centré sur les aspects fondamentaux du ventre féminin.
J’ai donné ce cours en présentiel à plusieurs groupes de femmes sur quelques années en le modifiant à chaque nouvelle cession pour me rapprocher toujours plus des bases. C’est un sacré travail d’élaguer, d’élaguer encore, de chercher ce qu’il y a avant, de fouiller pour trouver les racines… Il y a quelque chose d’austère dans ce processus. Ca ressemble un peu à l’hiver. Je crois d’ailleurs que j’ai dû ressembler moi-même à l’hiver durant toute cette période ! Mais j’en retire beaucoup aujourd’hui, notamment la sensation d’une très grande force intérieure. Cette expérience me conforte dans mes convictions. Travailler sur notre ventre, notre matrice, notre bassin, c’est consolider nos racines, à tous les niveaux de notre être !

Une forme adaptée à nos vies de femmes modernes
Lors des stages sur ces bases, à chaque fois, j’étais confrontée à des difficultés liées au temps : nos vies de femmes modernes sont remplies à bloc, et ce d’autant plus pour celles qui sont mères et qui travaillent. J’ai raccourci la durée des stages, mais du coup les journées étaient trop denses. Les femmes arrivaient avec une dose incroyable de fatigue et  je sentais que le groupe avait besoin de beaucoup plus de temps pour « digérer » ces informations. J’ai commencé alors à envisager de changer de support, à passer au cours en ligne pour permettre à chacune de découvrir dans le confort de son chez-soi puis d’intégrer à son rythme.
J’en étais là de mes réflexions quand j’ai reçu un e-mail de Marion Valadier me proposant de réaliser et de produire une formation en ligne à partir d’un de mes cours ! Inutile de vous dire que j’ai répondu un grand OUI de suite ! J’avais exactement le cours qu’il fallait mettre en ligne !

Une artiste à la caméra
Marion avait déjà filmé plusieurs fois mon travail en stage, pour nourrir ses propres recherches autour d’un documentaire qu’elle mène depuis plusieurs années « Rites de femmes » (comme le nom qu’elle a donné au site qui porte les E-COURS). Vous l’avez peut-être déjà rencontrée avec sa caméra en bandoulière dans des festivals du féminin ? Ou vous avez peut-être vu passer ses films sur les réseaux sociaux ?
Si vous l’avez croisée, vous n’avez sans doute pas oublié la joie qu’elle rayonne !
Moi j’avais été particulièrement touchée par sa présence lorsqu’elle nous filmait en stage. Je sentais son regard d’artiste embrasser et magnifier les instants que nous partagions.
Dès nos premiers rendez-vous de travail sur le projet, Marion a posé bien clairement son choix de réaliser quelque chose de beau et d’inspirant, autant que d’utile. Comme je l’avais déjà vu travailler avec sa caméra, j’ai bien saisi vers quel type de projet nous allions, un projet ou la profondeur et la sensibilité se côtoient, un projet ou la beauté nue et simple d’un brin d’herbe aurait toute sa place. Et ça, ça me plaît !

Un travail en équipe
Nous ne sommes pas seules, en réalité il y a toute une équipe, car il en faut des compétences et des mains pour réaliser un tel projet !
Plusieurs personnes aident Marion au montage des vidéos, Un artiste modeleur 3D est à la réalisation d’une image de l’intérieur du bassin, une graphiste reprend tous mes documents, mes schémas d’anatomie, mes fiches, un musicien a composé des bandes sons…
Je vous les présenterai tous très bientôt !
Je vous invite maintenant à vous rendre sur le site Rites de Femmes pour lire les articles, découvrir les différentes rubriques et of course la rubrique du premier E-COURS "les bases de la gyn-écologie holistique" !

Pour l’heure, je vous laisse avec ces photos, quelques captures sauvages d’instants de préparation et de tournage !

A bientôt !
Marie






















vendredi 14 septembre 2018

LE STAGE Ose toutes les femmes qui sont en TOI !

 LE STAGE  23-24-25-26 OCTOBRE 2018

Nous allons nous amuser avec les archétypes féminins, jouer à incarner leur potentiels, entrer dans leur monde, découvrir les richesses dont ils sont porteurs pour nourrir notre être féminin.

Certains archétypes féminins sont absents de nos parcours de vies, d'autres sont trop présents, d'autres encore nous font peur et nous tentons de les refouler. Nous avons aussi déjà des affinités avec certains d'entre eux, qui nous sont familiers, amicaux. Nous irons à la découverte, à la reconnaissance et à la valorisation de tous ces archétypes en nous. Nous verrons que c'est leur présence antagoniste et complémentaire qui nous permet de nous construire en tant que femme, de devenir de plus en plus complète, de nous relier à notre créativité profonde, d'aborder les épisodes de notre vie avec une curiosité toujours renouvelée, d'oser nous transformer pour évoluer.

Nous jouerons avec toute une palette d'outils venant de l'art-thérapie : visualisations créatives, danse libre, écriture, collages, modelage, confections de poupées, d'amulettes, relaxations...

******************************

INSCRIPTIONS OUVERTES JUSQU'AU 30 septembre 2018

******************************

TARIF ET LIEU

TARIF 360€
TARIF REDUIT 320€ si votre inscription arrive avant le 31 Août

LIEU
Gîte de La Vergne
16410 Dignac

HEBERGEMENT au gîte :
Tarifs hébergement au gîte / nuitée au gîte de La Vergne à Dignac.
- chambre individuelle (chambres en dur / chambre-cabane) : 20€
- en caravane déjà sur place : 15€

******************************

POUR S'INSCRIRE
En adressant un courrier
avec vos coordonnées postales, e-mail et téléphone
+ un chèque d’arrhes de 160€
à l’ordre de Association 13 Lunes
(qui ne sera pas encaissé avant. Sauf désistement de votre part moins de 10 jours avant début de stage)
→ Merci de préciser si vous dormez sur place, et si vous avez une préférence entre chambre en dur/ chambre-cabane/ caravane.

Association 13 Lunes
215 Le FORESTIER
16410 DIRAC

…Et si vous avez des questions…
Contactez-moi !
marie.peres.or@gmail.com
06 22 24 54 54

dimanche 9 septembre 2018

OSE toutes les femmes qui sont en toi !


Celle qui parfois nous chuchote des désirs opposés à ce que nous sommes en train de dire ou de faire, Celle qui met le doigt sur d’inconfortables divergences intérieures, ou bien Celle qui a le visage redouté de nos peurs, ou encore Celle qui nous pousse vers l’avant, scandant un objectif à tue-tête, où Celle qui nous susurrent des stratégies pour arriver à des fins qu’on ne s’avoue même pas totalement à soi-même, celle qui en veut , mais aussi Celle qui veut d’abord pour l’autre, Celle qui se retire sans bruit, celle qui pourvoit, Celle qui sera là quoi qu’il arrive, ou encore Celle qui vit d’extases, Celle qui se dissout dans la beauté du monde, Celle qui attend, Celle qui charme, Celle qui sauve, Celle qui ouvre de nouvelles voies …

Toutes ces femmes intérieures, et il y en a bien d’autres encore,  sont des facettes de nous-même.
Chacune d’elles correspond à un type d’énergie. Une énergie brut, comme un gemme non-poli.
C’est ce qu’on appelle aussi  dans le jargon du travail psychique, un ˝archétype˝.

Chaque archétype est un potentiel d’énergie, comme un réservoir où aller puiser quand la situation le requiert. Autant d’archétype, autant de potentiel qu’on peut avoir sous la main pour faire face à toutes les situations –intérieures et extérieures- de la vie.
En somme chaque archétype est un cadeau !
Oui, mais encore faut-il avoir une vraie relation avec nos femmes intérieures, et ne pas seulement  subir leurs assauts de manière inopportune.  Ce qui est, malheureusement, ce qui se passe le plus clair du temps, tant qu’on n’a pas entrepris d’aller leur rendre visite en toute conscience !

Puis une fois qu’on sera en route pour tisser des relations conscientes, il nous faudra éviter quelques écueils, comme :
-  le risque de dispersion : à l’image de relations type ˝soirée en boîte de nuit˝ … c’est-à-dire on connait beaucoup de monde, c’est fun,  mais on ne connaît vraiment personne !
- le risque d’identification : être sous le charme de certain(s) archétype(s), le(s) survaloriser, y coller comme s’ils résumaient notre personnalité, et, de ce fait, en passer d’autres, qui nous plaisent moins ou pas du tout, sous le sceau du silence.

Oh la-la mais quel bazar ! Vous dites-vous peut-être ?
L’existence de ces nombreux archétypes en chacun de nous peut sembler être le fruit du hasard, un peu comme si la vie nous les avait saupoudré dessus tandis qu’on dormait, de façon aléatoire, inconsidérée voire farfelue ! On pourrait aussi être tenté par une vision fataliste, se dire que ce n’était déjà pas assez difficile comme ça tiens, il fallait qu’en plus nous soyons mille à l’intérieur !
Mais il n’en est rien !
L’existence et la présence des archétypes en chacun de nous est une œuvre absolument cohérente, du même ordre que  notre système respiratoire, notre système squelettique, cardio-vasculaire, nerveux …etc.  Les archétypes qui nous habitent ne sont pas le fruit du hasard, ils obéissent à une mécanique intelligente, qui, comme tout système, est régit par ses propres lois, comporte ses propres besoins à son bon fonctionnement, à ses limites et est en interaction avec tous les autres systèmes –physiques, psychiques, énergétiques- qui composent  un être humain.

Je vous accompagne
Le stage OSE toutes les femmes qui sont en toi est l’accompagnement que je propose pour vous faire découvrir, par le biais de l’exploration et de l’expérientiel, ce système que nous portons en nous, qui nous influence considérablement chaque jour de notre vie, mais dont nous avons en général assez peu conscience. (toutes les INFOS sur ce stage en suivant ce lien )

Mon but : votre autonomie
Mon accompagnement vise à vous mettre le pied à l’étrier, pour que vous puissiez ensuite continuer le dialogue avec vos archétypes féminins et en approfondir la compréhension, à travers la réalité de votre vie de tous les jours, dans ses différents domaines.

Ce que vous en retirerez 
Comprendre ce système psychique nous donne des clés puissantes pour accéder à notre monde intérieur, c’est un merveilleux outil de connaissance de soi. Mais pas uniquement !
La connexion consciente avec nos archétypes met aussi en route un puissant réengagement de notre énergie vitale et, de ce fait, des processus intérieurs qui étaient peut-être ralentis ou à l’arrêt se remettent en route : on récupère des forces, on peut tourner telle page de notre vie, on se pardonne enfin, des parts de nous qui semblaient inconciliables s’unifient, des symptômes somatiques disparaissent, on sent mieux son corps, on trouve la légitimité pour dire NON ou pour dire OUI … En somme, la relation vivante et consciente avec notre système archétypal libère de l’énergie et nous connecte plus puissamment à la vie. C’est une voie d’encrage.

Des bienfaits vastes et profonds
En explorant ce système psychique, on se trouve aussi à un niveau d’observation qui nous offre un point de vue large et profond sur le cheminement de l’humanité. A ce niveau-là, des processus de paix peuvent s’opérer, avec nos lignées de femmes, avec nos pères, avec la société, avec certains épisodes de l’Histoire…
Ces processus de pacification agissent dans des zones limitrophes entre inconscient personnel et inconscient collectif. Ils stimulent notre maturité et ce qui va de pair : notre indépendance émotionnelle. (C’est-à-dire notre capacité à ne pas dépendre d’une personne/ou de plusieurs, du regard des autres, de circonstances extérieures favorables, pour assurer notre propre bien-être émotionnel)  En retour, nos dissensions intérieures s’adoucissent entre masculin et féminin ce qui favorise de meilleures interactions, plus justes, plus intelligentes, plus créatives entre soi, l’homme, le monde extérieur.

Lumière sur la contraception
Sujet dont on parle bien peu : l’incidence de toutes ces voix féminines -parfois violemment opposées- au cœur du théâtre de notre intimité. Et pourtant !
S’il y a un lieu de soi qui souffre en première ligne du manque de conscience de ces forces archétypales –qui sont alors à l’état de forces obscures, agissant dans l’ombre- c’est bien le giron de notre féminité : notre sexe, tout entier, jusqu’à l’utérus, incluant les seins.
La question de la contraception y est centrale. Car pour pouvoir l’exercer d’une manière claire et cohérente vis-à-vis de nos valeurs personnelles, il nous faut avoir trouvé, sinon l’unisson, tout au moins un terrain d’entente parmi toutes nos femmes intérieures !  Là se situent de fortes ambivalences, dont les racines sont parfois très profondes, entre le désir d’enfant, le désir non moins ardent de l’extase de la conception, l’instinct de préservation de soi, d’antiques jeux de pouvoirs masculins-féminins, le besoin féminin de l’abandon, l’appel hypnotique de la sensualité, la peur du corps, la non-légitimité à être au commande de sa vie etc.etc.
Donc, plus vous êtes concernée par le sujet de la contraception, et ce, d’autant plus si votre contraception relève en partie ou totalement de votre propre contrôle (méthodes barrières, méthode Billings, symptothermie, danse contraceptive) et plus la relation consciente avec vos archétypes féminins sera précieuse et soutenante. Voire totalement libératrice.


Je crois sincèrement que pour la femme qui aspire à sa vraie liberté d’être femme -celle qui se bâti sur la paix et non sur la guerre- le dialogue conscient avec ses archétypes féminins est l’une des clés fondamentales. Et, qui plus est, pleine de créativité !

 *****************************************







mardi 27 mars 2018

Qu'est-ce que la danse contraceptive ?

Cette semaine, je vous parle de ma pratique de Danse contraceptive.
Ma pratique en tant qu'enseignante de cette méthode, ma pratique telle qu'elle s'est forgée à travers mon parcours.

Oui, vous avez bien lu ! J’associe le mot contraception au mot danse ! C’est incongru, je le reconnais, en tous cas à première vue ! Je vais vous expliquer de quoi il s’agit concrètement. Et pour cela, une question : avez-vous souvenir d’avoir entendu parler de la méthode Aviva Steiner ?


Qu’est-ce donc que cette « méthode Aviva Steiner » ?
Rien de moins que des mouvements pouvant  déclencher les menstruations
C’est-à-dire, des mouvements capables de servir de contraception !
Oui, c’est incroyable, mais c’est bien réel !
Aviva Steiner, d’origine Hongroise vivant en Israël, était danseuse, professeure de yoga, kiné. A travers ses nombreux voyages de par le monde, elle a repéré un mouvement qui était commun à toutes les danses dites ˝de fertilité˝. Elle a travaillé pendant des années autour de ce mouvement, jusqu’à se rendre compte que sa pratique avait des effets sur son cycle menstruel. A partir de là elle a cherché à tester les effets de ce mouvement sur des groupes de femmes, d’âges et de milieux différents.
Parmi de nombreux résultats confirmant ses intuitions, une expérience auprès d’un groupe de femmes en maison de retraite fût particulièrement étonnant : certaines lui annoncèrent fièrement qu’elles avaient à nouveau été menstruées ! Aviva s’est alors entourée d’une équipe (gynécologues, praticiens de médecine traditionnelle chinoise, kiné, praticiens de yoga, de gymnastique, médecins), afin de codifier une séquence de mouvements contraceptifs. Cette séquence de mouvement a été reconnue par l’OMS comme, je cite « une série de mouvements permettant à la femme de déclencher ses règles selon sa volonté ». Aviva s’est rendue partout dans le monde pour transmettre ces mouvements. Elle a donné de nombreuses conférences et mené quantité de stages. De nombreux gynécologues ont été interpellés par cette découverte et ont participé à ses stages.
L’état d’esprit était à l’ouverture, c’était les années 60 ! Les mouvements féministes secouaient la vieille société, un vent de liberté soufflait sur les mœurs des citoyens occidentaux, les pratiques yogiques et méditatives faisaient leur entrée, la psychanalyse mettait des mots sur la sexualité,  et…
 La pilule contraceptive fût ! Et Aviva et ses mouvements retournèrent dans l’ombre…

Mais peut-être avez-vous entendu parler de la méthode Aviva Steiner dans une optique différente, davantage orientée santé gynécologique ?
En effet, les ambassadrices de la méthode d’Aviva en Europe l’ont surtout transmis dans une visée de santé féminine. (Adelaide Ohlig et son livre Luna Yoga. Elle a formé un grand nombre de praticiennes du Luna Yoga)
Effectivement, ces mouvements ont de nombreuses vertus. En France ils sont finalement plus connus pour leur capacité à réguler le cycle, à faire disparaitre les SPM, à diminuer les inconforts liés à la ménopause, à stimuler les ovulations, à traiter les endométrioses, les fibromes, ovaires polykystiques (entre autres).
Mais ATTENTION ! Si le mouvement de base reste le même, ne confondez pas méthode Aviva pour la santé et méthode Aviva pour la contraception, la pratique est différente !
Il y a actuellement une grosse confusion à ce sujet !

Là, je vous parle bien de la méthode contraceptive.

La méthode que je vous transmets dans ce stage est l’alchimie de la méthode Aviva Steiner (dans son protocole contraceptif, donc !), que j’explore depuis plus de vingt ans, avec mon approche holistique de la gynécologie. Voici, dans les grandes lignes, le contenu de ce stage :

Je vous apprends à pratiquer la séquence contraceptive complète codifiée par Aviva.
Le protocole d’apprentissage sur 6 mois chez vous à la suite du stage
je vous explique comment tout cela fonctionne : comment notre corps déclenche les règles, comment marche ces mouvements, ce qui peut bloquer le processus, qu’est-ce qui est à l’œuvre au niveau psy, le cadre et les limites de la méthode.
Je vous transmets des outils complémentaires pour préparer et/ou renforcer la danse contraceptive : points abortifs/ points relaxants /  plantes emménagogues.
Nous mettrons des mots sur la complexité du vécu féminin face au désir d’enfant.
Nous parlerons de notre relation personnelle à la contraception et à l’avortement, et de la relation de la société avec la sexualité féminine.


Faire venir soi-même ses règles en bougeant son corps est une expérience indescriptible !
Je ne saurai vous la raconter par des mots écrits.
Ce que je peux vous dire, c’est qu’en faire l’expérience a été un total bouleversement. Dépassant  ma personne, mon histoire personnelle. Un séisme remuant jusqu’à la part du collectif en moi. Des tremblements faisant se briser de vieilles grosses chaines, de celles qui ont si bien entravé la vie quotidienne des femmes de nos lignées…  Car en fait, NON, notre corps ne nous veut pas esclaves ni dépendantes ! Et OUI, Notre corps peut être notre intime allié, jusque dans ce domaine !

J’ai reçu ces mouvements dans de bonnes conditions d’apprentissage, car c’est l’une des enseignantes que je considère comme mon  Maître  qui me les a transmis, de femme à femme, comme une confidence intime, où l’attention peut se focaliser sur l’exactitude des mouvements et le ressenti intérieur.
Mais, curieuse insatiable, j’ai eu à cœur de remonter au plus près de la Source. Ne pouvant me rendre en Israël où résidait Aviva, je me suis inscrite au stage donné à Paris par Réuma Cohen, l’une des personnalités entourant Aviva, ayant collaboré à la codification de la séquence de mouvements.
Et là, grosse surprise, sous forme de grosse déception : un stage de 2 heures, prix exorbitant, une trentaine de stagiaires, enseignement en anglais vaguement traduit, aucune pédagogie du mouvement, la pratique ressemblait à un exercice militaire … Et je me revois dans le vestiaire, donnant sur des bouts de papier des références de livres pédagogiques pour apprendre la symptothermie à des femmes en larmes, ayant déjà plusieurs enfants, qui se rendaient compte que tout cela ne leur serait d’aucune utilité, trop difficile, inaccessible.
Je bouillais devant ce gâchis.
Ce jour-là, j’ai déposé dans mon cœur le vœu de transmettre ces mouvements avec humanité et pédagogie et en faisant toujours de mon mieux pour guider les femmes vers leur propre autonomie, ce qui passe d’abord et immanquablement par : connaître et comprendre comment fonctionne son propre corps.

Eh bien je peux vous dire qu’il m’aura fait parcourir un sacré chemin, ce vœu !
Car pour y répondre avec cohérence il m’aura fallu décortiquer le fonctionnement du cycle menstruel, (et  au passage découvrir à quel point notre médecine allopathique ignore presque tout de ce qu’est un cycle menstruel équilibré ! ) , élaborer des quantités d’exercices pour développer la perception de notre sexe féminin - qui est si interne-  comprendre le système physiologique et énergétique des organes (sans quoi on ne peut pas comprendre le fonctionnement de l’utérus), et pousser bien des portes d’autres domaines, comme celui des archétypes féminins, qui s’est révélé si porteur pour rééquilibrer notre relation à notre sexe, à notre corps, à notre être de femmes.
Parallèlement, dans ma vie privée, j’ai eu maintes et maintes occasions d’explorer et d’utiliser cette pratique en tant que contraception. Dans toutes sortes de circonstances, parfois radieuses, parfois loufoques, parfois considérablement incohérentes et difficiles. Je veux dire par là dans des conditions réelles de vie !  Je crois que je peux dire honnêtement que j’en ai éprouvé la puissance et les limites.

Oui, il y a des limites. Sa puissance bien réelle ne peut agir que dans un cadre, certaines conditions intérieures et extérieures sont requises.
 La danse contraceptive n’est pas une panacée - elle est très exigeante-  elle nous demande engagement, auto-observation et  entrainement.

Pour toutes ces raisons, le stage "Danse contraceptive" est réservé à celles qui, connaissant déjà bien le fonctionnement de leur cycle, peuvent et veulent aller encore plus loin.

Si en revanche vous avez simplement envie de découvrir la méthode Aviva Steiner, ou besoin de ré-harmoniser votre santé gynéco par le mouvement et les remèdes naturels, ou si vous avez envie de vous lancer dans la découverte de vos cycles, d’apprendre à déchiffrer et à gérer votre fertilité…  vous trouverez votre bonheur dans bien d’autres stages que je propose tout au long de l’année.

CETTE ANNEE 2018 Le stage aura lieu le 20-21-22 Août
l'article"la danse contraceptive STAGE été 2018" est ici
A bientôt !

lundi 19 mars 2018

STAGE PRATIQUE la médecine des femmes sauvages- ETE 2018


du 10 juillet à 17H
au 16 juillet après petit-dèj

Au gîte de La Vergne

16410 DIGNAC

~ 


Parce que leur corps est le théâtre où se joue
et se rejoue
le cycle de la vie,
parce que chaque enfantement frôle les frontières de la mort,
parce que de leur capacité à nourrir dépendait la survie de l’espèce,
nos lointaines ancêtres furent,
de fait et nécessairement, 
les premières guérisseuses de leur communauté.

Connaître les trajets d’énergie à travers notre corps, les liens entre les organes, les points clés, les mouvements thérapeutiques et les danses préventives, les plantes qui nourrissent, celles qui cicatrisent, qui stoppent les hémorragies…etc… sont des connaissances qui constituent notre patrimoine de sagesse féminine.

Retrouver ces pratiques aujourd’hui est une démarche politique,
que l’on peut qualifier d’écoféministe si le terme nous plaît.
C’est en tous cas un engagement  à réinvestir un territoire  dévalorisé,
nié et mis à mal par nos sociétés :
le territoire de la femme sauvage,  creuset de sagesse instinctive,
niché dans la mémoire du corps de chaque femme.


~~~




Le stage PRATIQUE de la médecine des femmes sauvages
est, comme son nom l’indique, un stage consacré à la pratique :

- des pratiques corporelles d’abord,
pour renouer contact avec l’intelligence et le savoir profond de notre corps.

- des pratiques de médecine ancienne, basées sur les connaissances empiriques de circulation des canaux d’énergie à travers l’organisme et l’utilisation d’outils basiques ancestraux : moxibustion (faire chauffer des points clés), ventouses (disperser les fluides), bains locaux, cataplasmes.

- des pratiques d’herboristerie : familiarisation avec quelques plantes incontournables de la pharmacopée féminine, cueillette de médicinales présentes à ce moment autour de nous, fabrication de différents remèdes de base : infusions et décoctions, alcoolatures, huiles solarisées, élixirs floraux. (En fonction du climat du moment)

Mais c’est aussi une pratique « d’être ensemble » : se réunir autour d’un centre et construire, par l’intensité de nos présences, un cercle protecteur enveloppant chacune. Ce cercle que nous créons ensemble, est un espace où chacune peut déposer ses carapaces, recevoir du réconfort, s’exprimer sur des sujets qui lui sont sensibles, partager ses connaissances, son expérience. C’est un chaudron ! qui reçoit nos ingrédients et les transforme ! C’est créatif, spontané, réparateur, consolidant et alchimique !!!
~~~



- le corps, première médecine des femmes
Nous nous exercerons aux mouvements fondamentaux : ancrage, mobilisations du bassin, souplesse de la colonne vertébrale, ondulations, géométrie sacrée et spatialisation des axes, souffle et détente, vibrations énergétiques.
Les danses de fertilité sont la compilation de mouvements harmonisateurs du système hormonal et thérapeutiques de la sphère gynécologique, dont les femmes ont besoin. Originellement  transmis de femme à femme, ces mouvements ont été au fil du temps vidés de leur substance pour devenir des danses esthétiques ou  totalement condamnés à l’oubli.




- les outils de médecine domestique des femmes.
Chauffer des points clés pour tonifier ; poser une ventouse pour disperser des stagnations de sang ou de fluides, ressentir les trajets d’énergie, harmoniser les organes, traiter un lieu du corps par des bains locaux, des cataplasmes.
 
- les plantes médicinales compagnes des femmes

Soutien de toujours, les plantes sont là pour fortifier, nourrir, drainer, resserrer, calmer, vitaliser, cicatriser… accompagner chaque vécu ! Par leurs principes actifs (molécules médicinales) et par la grâce de leur être-entier, ce
˝quelque chose˝ qui échappe totalement à toute analyse cartésienne, mais qui est pourtant expérience à l’appui, ô combien réel !
 


Thème pour cet été : Nous vivrons nos pratiques par le prisme de la roue de médecine de la vieille Europe.
- les forces élémentaires à l’oeuvre dans la Nature et en nous.
- Les 6 états de tissus (d’après l’enseignement de Matthiew Wood)
- la symbolique du cycle du vivant en vieille Europe
Nous aiguiserons nos sens pour aller observer, goûter, ressentir, dessiner, décrire ces plantes qui seront nos compagnes pour ces riches journées d’explorations et de partages !












                                        ~~~




Fiche pratique

Tarifs du stage
Enseignement + matériels médicinaux + repas du midi
Tarif Normal : 570€ (- 10%, soit 513€, si inscription avant le 30 avril)
Tarif réduit : 520€ (-10%, soit 468€, si inscription avant le 30 avril)


Tarifs hébergement au gîte / nuitée au gîte de La Vergne à Dignac.
- chambre individuelle (chambres en dur / chambre-cabane) : 20€
- en caravane déjà sur place : 15€
- en tente : 10€

Le 10/07 accueil à partir de 17H
Le 16/07 départ après petit-dèj




…S’inscrire…

En adressant un courrier
avec vos coordonnées postales, e-mail et téléphone
+ un chèque d’arrhes de 160€
à l’ordre de Association 13 Lunes
(qui ne sera pas encaissé avant. Sauf désistement de votre part moins de 10 jours avant début de stage)
→ Merci de préciser  si vous dormez sur place, et si vous avez une préférence entre chambre en dur/ chambre-cabane/ caravane,  ou si vous campez.
Association 13 Lunes
215 Le FORESTIER
16410 DIRAC
…Et si vous avez des questions…
Contactez-moi !
marie.peres.or@gmail.com
06 22 24 54 54